Le soleil… enfin

Enfin un rayon de soleil – l’hiver 2012 a été très long et le printemps décevant. En conséquence mes patients n’ont pas eu envie de sortir de chez eux. Le fait de rester chez soi, bien abrité des intempéries, a-t-il des conséquents ? Les médecins du sommeil sont censés de tout savoir et sont souvent sollicités pour des avis concernant des analyses prescrit par un confrère. Basé sur le nombre des patients qui m’ont présenté les résultats des analyses sanguins montrant un taux de vitamine D effondré, la réponse est oui.

La vitamine D est synthèse dans la peau avec l’aide du soleil. Donc peu de soleil, peu de vitamine D et pour la plupart de mes patients le simple fait de sortir et de s’exposer à la lumière de jour feront remonter les taux. Sauf que cette année on n’a pas envie de sortir, le soleil s’est voilé derrière une couche épaisse de nuages et il a fait tellement froid que derrière les polaires, écharpes et Kways les faibles rayons du soleil avaient du mal à trouver plus que quelques cm² de peau. Je ne suis pas surpris donc que la synthèse de la vitamine D a été limitée. Pas grave – la vitamine D en ampoule fait remonter les taux. Mais la lumière sert aussi à régler nos horloges biologiques et nos horloges sont très impliquées dans la régulation du sommeil et de l’humeur. Bref, pas assez de lumière et il y a certains qui dépriment… d’autres souffrent carrément d’une dépression saisonnière, maladie fréquente dans les pays nordiques, ou les hivers sont longs et peu lumineux.

On n’ pas besoin d’exposer une quantité de peau pour que la lumière de jour règle nos horloges – l’effet passe par nos rétines. Attention : la lumière filtrée par les carreaux de votre living n’est pas suffisamment fort. On a besoin de sortir, le matin pour préférence, car l’horloge aime mettre à jour ses pendules le matin. Profitez de la lumière ce matin, sortez, synthétisez de la vitamine D et réglez vos horloges. Vous allez en ressentir un bénéfice…y compris ceux traité par PPC.